Œuvres & écrits de Charles Maurras V – Principes

30,00

Trait singulier de l’intelligence et du sentiment de ce pays-ci : une conscience française se réveille dans les moments de colère et de deuil. Oui, certes, nos diversités sont inhérentes à la forme de notre sol et de notre esprit, mais il faut bien aussi qu’il y ait « une » France. Oui, notre unité fut un chef-d’œuvre d’art historique, mais cette unité-là dut avoir ses raisons, elle dut correspondre à des réalités tangibles, pour avoir résisté à tant de destructeurs ! Une civilisation, un esprit, une langue, un goût, une société, une politesse, des mœurs, ces expressions d’intérêts profonds ou sublimes, ces hauts produits de notre combinaison séculaire ne peuvent donc se renoncer aussi facilement que l’espèrent nos ennemis. Menacés, ils se développent et la sensibilité patriote qui se manifeste par la force de la douleur peut changer, par sa réaction, bien des choses à notre destin.

Mais, surtout, ne supposons pas qu’elle doive jamais devenir assez claire pour commander et régner seule. Le sort de l’Assemblée de 1871 avertit que nous ne sommes pas un pays d’opinion gouvernante. Pure, droite, patriotique, l’opinion française livrée à ses éléments propres est vouée aux déchirements. Mais, de le bien sentir, peut venir le salut. Et, à vrai dire, il vient. Ce que peut créer, ce que crée déjà la renaissance d’un véritable esprit public c’est la vue précise, la pensée clairvoyante de son centre et de ses limites. On revient à cette pensée avec netteté et courage. Comme dans le discours de Ronsard sur les misères de ce temps, on refuse d’admettre que nos longs efforts historiques soient avortés, que la fin de la France approche et que tant de héros et de princes, de citoyens et de soldats aient travaillé, peiné, combattu inutilement. La nouvelle génération, surtout, s’est révoltée contre la résignation à la mort ; elle ouvre de grands yeux sur les enchaînements de causes et d’effets qui ont amené nos malheurs, et la leçon comprise semble devoir être appliquée. Au surplus, la génération antérieure défend avec mollesse l’erreur dont elle fut bercée et, quand elle s’entend âprement reprocher d’avoir élevé sur le trône ou scellé sur l’autel la statue de la Division, l’idée de la Querelle, la notion du Parti, elle cesse de se vanter, comme jadis, d’avoir fait un pas mémorable sur la barbarie des vieux âges : elle tombe d’accord que l’idole était un faux dieu et que les Maîtres avaient raison d’en attendre bien des malheurs. La seule excuse offerte consiste à alléguer que le mal est fait sans remède.

Share with friends!
Détails sur le produit

Broché: 638 pages
Éditeur : Omnia Veritas Ltd (5 novembre 2018)
Langue : Français
ISBN-10: 1912452960
ISBN-13: 978-1912452965
Dimensions du produit: 15,2 x 3,3 x 22,9 cm

Scroll Up